Algérie Salons, la solution pour vos expositions en Algérie
Société Algérie Salons
Services d'Algérie Salons pour exposants, organisateurs de foires, salons
Salons, foires en Algérie. Algérie Salons la solution pour vos expositions
Pavillon Algérie à l'étranger
Conseils pour participer à un salon, une foire en Algérie
Investir en Algérie avec Algérie Salons
Présentation de l'Algérie. Liste des ministres algériens
Photos Algérie Salons
Vidéos d'Algérie Salons
Contact Algérie Salons

ALGERIE SALONS

1er site des foires, salons sur l'Algérie

La solution pour vos expositions

INVESTIR EN ALGERIE

Téléchergez le guide "Investir en Algérie 2014" de Kpmg

Des opportunités d’investissement attrayantes :


-54,85 milliards de dollars d’importations en 2013.

-286 milliards de dollars d’investissements publics pour la période 2010-2014.

-Des secteurs porteurs avec des projets maturés et ficelés.

 

Disponibilité de richesses naturelles importantes :


-18ème producteur de pétrole

-12ème exportateur de pétrole

-15ème  place en matière de réserves mondiales pétrolières prouvées

-5ème producteur et 3éme exportateur de gaz

-3ème  fournisseur de l’Union Européenne en gaz naturel

-7ème place dans le monde en matière de ressources prouvées en gaz

-4ème   fournisseur énergétique total de l’Union Européenne

-4ème puissance économique dans le Monde arabe selon l’Organisation arabe de garantie des investissements

-2ème plus gros détenteur de réserves officielles de change après l’Arabie saoudite

-3ème plus gros détenteur de réserves d’or dans la région MENA, après l’Arabie saoudite et le Liban

-Le moins endetté des 20 pays de la région MENA

-Potentiel solaire : 3 000 heures d’ensoleillement par an

-Autres richesses minières : phosphate, zinc, fer, or, uranium, tungstène, kaolin, silicium...


Une stabilité économique :


-PIB: La valeur du Produit intérieur brut (PIB) de l'Algérie  a évolué de 9,1% en 2012, à 15.843 milliards (mds) de DA (204,3 mds usd) contre  14.519,8 mds DA (199,3 mds usd) en 2011. (Source ONS)

-PIB par habitant : le PIB est passé de 5.427,8 dollars en 2011 à 5.449,6  dollars en 2012. (Source ONS)

-Taux de croissance réel de PIB: 3,3 % en 2012 contre 2% en  2001 (Source ONS)

-Le taux de croissance réel du PIB hors hydrocarbures est de 7,1 % en 2012 contre 6,1% en 2011. (Source ONS)

-Dette extérieure: 3,9 Milliards  US en 2012 contre 30 milliards  US en 2001.

-Réserves de change : 193 Milliards $ US en 2012 contre 18  Milliards  US en 2001.


Des politiques de développement et stratégies sectorielles ambitieuses :


Une nouvelle politique de relance industrielle mettant en avant des activités telles que : la mécanique, l'électroménager, l'électronique, la production pharmaceutique, la production textile, la production des matériaux de construction, la câblerie et les équipent électriques mais aussi la sous traitance.


Tourisme : Schéma Directeur d’Aménagement Touristique ;


Agriculture : Programme de renouveau agricole et rural ;


Energie : Programme pour les énergies renouvelables (solaire, thermique et éolienne) visant la production de 22 000MW à l’horizon 2030.


Accès aux marchés régionaux :


-Position géostratégique permettant une proximité avec les marchés européen, africain et arabe.

-7 marchés frontaliers (Tunisie - Libye - Niger - Mali - Maroc - Sahara Occidental  - Mauritanie)

-Adhésion à l’accord de la zone arabe de libre échange.

-Signature en perspective de l’accord d’association avec l’Union Européenne.

-Adhésion en perspective à l’organisation mondiale du commerce.


Des infrastructures fonctionnelles, modernes et aux normes internationales :


 -Routes : 112 039 km dont 29 573 km de routes nationales.

-Aéroports: 35 aéroports dont 13 internationaux.

-Voies ferrées: 4200 km de voies ferroviaire dont une infime partie est électrifiée. A l’horizon 2016/2017, la longueur de ce  réseau ferroviaire sera de 12.000 kilomètres

-Ports: 51 infrastructures maritimes dont 11 ports  de commerce, 2 ports pétroliers, 41 ports de pêche et un seul port de plaisance.


Une main d’œuvre qualifiée, jeune et compétitive :


-54 % de la population algérienne âgée de 15 à 35 ans

-près de 1 314 000 inscrits à l’université en 2013

-prés de 2 millions diplômés universitaires en 2012 issus de  92 établissements

-près de 8 470 007 inscrits au collège pour l'année  2013

-plus de 600 000 inscrits en formation professionnelle en 2013

-200 000 diplômés de la formation professionnelle issus de 1100 établissements en 2013


Des coûts des facteurs de production compétitifs :


Energie :

-Gaz naturel 0,18 à 0,37 euros / thermie

-Electricité : 1,14 euros / KWh en moyenne

- Salaire :

180 à 540 euros pour le secteur public et 180 à 700 euros pour le secteur privé (Le SMIG est à 180 euros)


Des mesures d’encouragement à l’investissement :

 

- Des avantages fiscaux et parafiscaux importants pouvant aller jusqu'à 10 ans d'exonération, selon la localisation et l'importance du projet.

 

Et d'autres avantages additionnels :

-Le remboursement partiel ou total des dépenses liées aux travaux d’infrastructures dans le cadre du régime dérogatoire des zones

-L’allègement des charges patronales de cotisation à la sécurité sociale pour le recrutement des jeunes demandeurs d'emploi

-La concession de terrains de gré à gré, sur des périodes de 33 ans renouvelables et donnant lieu aux mêmes droits réels découlant des cessions

-La réduction sur le prix de la redevance locative sur les assiettes foncières et biens immobiliers acquis dans le cadre de la réalisation de l’investissement

-Des exonérations fiscales et parafiscales durant toute la durée de vie du projet pour les projets exportateurs.


Des possibilités de financements à travers les banques publics :

-Des taux d’intérêt 3.5 %

-Des bonification de 2%, pouvant aller à 4.5 % (projets dans le tourisme au Sud)

-Un réseau de 21 banques et établissements financiers, dont : 13 privées et 8 publiques

-3 727 milliards de DA de crédits à l'économie

-Une disponibilité de fonds auprès des banques : 3500 milliards de DA de crédits à l'économie

-Des bonifications des taux d’intérêt de 2% et pouvant aller jusqu’à 4.5 % pour les projets touristiques implantés au Sud

-L’existence de sociétés de Leasing

-Disponibilité des fonds d’investissement FNI : participation à hauteur de 34 % dans les grands projets

-05 Fonds d’investissements couvrant tout le territoire: participation à jusqu’à 49% dans le capital des PME

 -Possibilités de recours aux institutions de garanties financières : Caisse de Garanties des Crédits à l’Investissement, FGAR…


Une intensification des accords de protection et d'arbitrage international :

-Adhésion aux conventions internationales de protection des investisseurs, relatives aux garanties et à l’arbitrage internationales ;

-Signature de 48 conventions et accords bilatéraux relatifs à la promotion et la protection réciproque des investissements.


Régimes d'avantages dédiés à l'investissement


Les projets d’investissement peuvent bénéficier d’exonération et réduction fiscale selon la localisation et l’impact des projets sur le développement économique et social. Trois régimes d’avantages sont prévus :

 

- Régime général :

 a. Phase de réalisation :

Exonération des droits de douanes sur les équipements non exclus, importés et entrant directement dans la réalisation de l’investissement

Franchise de TVA sur les biens et services non exclus, importé ou acquis localement, entrant directement dans la réalisation de l’investissement ;

Exemption du droit de mutation à titre onéreux pour toutes les acquisitions immobilières, effectuées dans le cadre de l’investissement concerné ;

 b.      Phase d’exploitation:

Pour une durée de trois (3) ans pour les projets créant jusqu'à cent (100) emplois au moment du démarrage de l'activité et après constat d'entrée en activité établi par les services fiscaux à la diligence de l'investisseur:

exonération de l’Impôt sur les Bénéfices des Sociétés (IBS).

exonération de la Taxe sur le Chiffre d’Affaires (TAP).

Cette durée est  portée à cinq (05) ans pour les projets créant cent un 101) emplois,  au moment du démarrage de l’activité, et/ou pour les investissements dans les filières stratégiques dont la liste est fixée par le conseil national de l’investissement.

 

-Régime dérogatoire :


1.1. Régime des Zones à développer

 a- Phase de réalisation :

-Exemption du droit de mutation à titre onéreux pour toutes les acquisitions immobilières effectuées dans le cadre de l'investissement ;

-application du droit d’enregistrement au taux réduit de deux pour mille (2‰) pour les actes constitutifs de sociétés et les augmentations de capital ;

-Prise en charge partielle ou totale par l'Etat, après évaluation de l'Agence, des dépenses au titre des travaux d'infrastructures nécessaires à la réalisation de l'investissement ;

-Franchise de la TVA pour les biens et services non exclus des avantages entrant directement dans la réalisation de l’investissement, qu’ils soient importés ou acquis sur le marché local ;

-Exonération de droits de douane pour les biens importés non exclus des avantages, entrant directement dans la réalisation de l’investissement.

-Exemption des droits d'enregistrement, des frais de publicité foncière et de la rémunération domaniale portant sur les concessions, pour les biens immobiliers bâtis et non bâtis consentis destinés à la réalisation de projets d'investissement. Cet avantage s'applique pour la durée minimale de la concession consentie.

Bénéficient également de ces dispositions les concessions consenties antérieurement par décision du conseil des ministres au profit des projets d'investissement.

 b. Phase d’exploitation et pour une durée de dix (10) ans:

-exonération de l’impôt sur le bénéfice des sociétés ;

-exonération de la taxe sur l’activité professionnelle.

-exonération, à compter de la date d'acquisition, de la taxe foncière sur les propriétés immobilières entrant dans le cadre de l'investissement.

-avantages supplémentaires de nature à améliorer et/ou à faciliter l'investissement, tels que le report des déficits et les délais d'amortissement.

 1.2. Investissement présentant un intérêt particulier pour l'économie nationale (convention) 

 a. Phase de réalisation :

-Exonération et/ou franchise des droits, taxes, impositions et autres prélèvements à caractère fiscal frappant les acquisitions opérées tant par voie d’importation que sur le marché local, des biens et services nécessaires à la réalisation de l’investissement ;

-Exonération des droits d’enregistrement portant sur les mutations des propriétés immobilières affectées à la production ainsi que la publicité légale dont elles doivent faire l’objet ;

-Exonération des droits d’enregistrement sur les actes constitutifs de sociétés et les augmentations de capital ;

-Exonération de la taxe foncière sur les propriétés immobilières affectées à la production.

-Exemption des droits d'enregistrement, des frais de publicité foncière et de la rémunération domaniale portant sur les concessions, pour les biens immobiliers bâtis et non bâtis consentis destinés à la réalisation de projets d'investissement. Cet avantage s'applique pour la durée minimale de la concession consentie.

-Bénéficient également de ces dispositions les concessions consenties antérieurement par décision du conseil des ministres au profit des projets d'investissement.

b. Phase d’exploitation:

 

Pour une durée maximale de dix (10) années à compter du constat d’entrée en exploitation établi par les services fiscaux, à la diligence de l’investisseur :

 

-Exonération de l’impôt sur le bénéfice des sociétés ;

-Exonération de la taxe sur l’activité professionnelle.

-Exemptions ou réductions des droits, impôts ou taxes, y compris la taxe sur la valeur ajoutée grevant les prix des biens produits par l’investissement entrant dans le cadre des activités industrielles naissantes, sur décision du CNI.

-D’autres avantages, sur décision du CNI, tels que la prise en charge partielle ou totale par l'Etat, après évaluation de l'Agence, des dépenses au titre des travaux d'infrastructures nécessaires à la réalisation de l'investissement.


-Régime droit commun :


Outre les avantages du régime dérogatoire des zones :

a. pour les investissements dans les wilayas de ADRAR, ILLIZI, TAMANRASSET, et TINDOUF :

- Une réduction de 50% de l'IRG pour une période de 05 ans pour les investissements,

- Paiement de un dinar le mètre carré de la redevance domaniale pour une période de 15 ans et l’abattement de 50 % au delà de cette période, pour les concessions foncières destinées aux projets d’investissements.

 

b. pour les investissements dans les wilayas du Sud :

- Paiement de un dinar le mètre carré de la redevance domaniale pour une période de 10 ans et l’abattement de 50 % au delà de cette période, pour les concessions foncières destinées aux projets d’investissements ;

- Paiement de un dinar à l’hectare pour une période de 10 à 15 ans, et au delà de cette période, un abattement de 50%, au titre de la redevance domaniale sur les nouvelles exploitations agricoles;

-  Une bonification de 4,5% des taux d’intérêts applicables aux prêts bancaires accordés aux investissements dans les projets touristiques;

-  Une bonification de 4,5% des taux d’intérêts applicables aux prêts bancaires accordés aux actions de modernisation des établissements touristiques et hôtelier.

 

c. pour les investissements dans les wilayas des Hauts Plateaux :

-  Le paiement de un dinar le mètre carré de la redevance domaniale pour une période de 10 ans, et un abattement de 50% au-delà de cette période, pour les concessions foncières destinées aux projets d'investissements ;

-  Le paiement de un dinar à l'hectare pour une période de 10 à 15 ans, et au-delà de cette période, un abattement de 50%, au titre de la redevance domaniale sur les nouvelles exploitations agricoles.


Vivre en Algerie


Formalités d’entrée :


Pour effectuer un voyage touristique ou un voyage d’affaires, il est nécessaire d’avoir un visa délivré par les consulats d’Algérie sur présentation d’une invitation professionnelle ou à titre privé.

Lorsqu'il est à plusieurs entrées, le visa peut être octroyé pour des durées de trois mois, six mois, un an ou deux ans.

Il comprend des périodes de séjour jusqu'à 90 jours, tandis que le séjour cumulé de présence en Algérie peut aller jusqu'à 180 jours par an. Deux sortes de visa peuvent être délivrées :


Le visa d'affaires :

Délivré sur la base d’une lettre d’invitation du partenaire algérien, ou d’une lettre d’engagement ou ordre de mission de l’organisme employeur du demandeur de visa, accompagné d’une réservation d’hôtel ou d’une attestation de prise en charge par l’organisme invitant.

Le visa de travail :

Délivré sur la base d’un contrat de travail et d’une autorisation provisoire de travail préalable au permis de travail délivrée par les services compétents chargés de l’emploi, ainsi que d’une attestation de l’organisme employeur visée par les services concernés.


Le séjour en Algérie pour une période d'un an et plus nécessite une carte de résidence, pour laquelle, le concerné doit préalablement procéder à son immatriculation auprès de l’ambassade (ou consulat) dont il est ressortissant. Pour cela, un dossier est déposé, comprenant un acte de naissance, le livret de famille et une attestation de fonction (si la personne a un contrat de travail en Algérie) ou de notifier les statuts (s’il s’agit d’un chef d’entreprise). La carte de résidence est ensuite sollicitée auprès du service des étrangers relevant de la wilaya territorialement compétente.

Les ressortissants étrangers qui exercent en Algérie doivent obtenir un permis de travail ou une autorisation temporaire délivrée par les services de l’inspection du travail des wilayas concernées.


Infrastructures d'hébergement :


L’offre d’accueil des voyageurs en Algérie s’est sensiblement améliorée ces dernières années. Outre les anciens grands établissements existants (El-Djazaïr – ex-Saint-Georges, El-Aurassi, Es-Safir – ex-Aletti), de grands hôtels 5 étoiles ont été implantés par des chaînes internationales d’hôtels d’affaires (Sofitel, Mercure, Hilton, Sheraton, Ibis, Accord).

      

D'autres complexes hôteliers de haut standing sont en cours de construction dans les grandes villes. Des hôtels à 2 étoiles sont également en construction dans tout le territoire, par la chaîne Accord en partenariat avec un grand groupe d'affaires algérien.

Participez au : Colloque Algérie Rhône-Alpes à Lyon le 22 janvier 2015. Colloque Algérie Languedoc-Roussillon le 21 janvier 2015 à Montpellier. Pour toute participation à un salon, foire, forum, contactez le 00.33.6.29.06.09.32. Email : contact@algeriesalons.com